Le Zoom Nature

L’Oryx Gazelle

by Arnaud Fleury

Le Zoom Nature

L’Oryx Gazelle

by Arnaud Fleury

by Arnaud Fleury

L’oryx gazelle, appelé également “gemsbok”, est une des icônes des plaines désertiques du Kalahari.

Il est souvent considéré comme une antilope bien qu’il fasse partie de la famille des hippotraginés, il tient son nom du latin « oryx » et du grec ancien « órux » signifiant gazelle.

Classe : Mammifère placentaire – Ordre : Artiodactyle ruminant – Famille : Bovidé hippotraginé – Genre : Oryx – Espèce : Gazella – Nom latin : Oryx gazella

L’oryx en quelques chiffres et caractéristiques

Taille : 160 à 210 cm

Hauteur au garrot : 110 à 125 cm

Poids : 120 à 190 kg pour les femelles, de 180 à 240 kg pour les mâles

Vitesse de pointe : 70 à 80 km/h

Longueur des cornes : 85 à 100 cm

Territoire : 50 km² pour les mâles et jusqu’à 1 000 km2 pour les femelles

Maturité sexuelle : 1 à 2 ans

Gestation : 9 à 10 mois

Nombre de petits par portée : 1 petit à la robe rousse, pesant de 9 à 15 kg à la naissance et sevré après 3 mois.

Espérance de vie : 15 à 20 ans à l’état sauvage.

Oryx et un jeune veau – Kalagadi Transfrontier Park (Botswana).

Animal iconique des plaines du Kalahari, élancé et élégant, paré d’une robe marron glacé ornée d’un trait noir en bas du ventre et d’un masque bicolore sur la face, l’oryx est d’une grande beauté et sa physiologie est particulièrement adaptée à la vie dans les milieux arides.

Ses longues cornes annelées et droites, disposées en V sur le haut du crane sont portées par les femelles aussi bien que par les mâles.

L’oryx gazelle vit aisément dans les savanes arides et semi désertiques, les zones rocheuses et les dunes de sable.

Ce ruminant mange des herbes, des graminées, des tubercules, des racines profondes gorgées d’eau et des fruits comme les melons tsama.

L’espèce est capable de se passer d’eau pendant plusieurs mois se contentant de l’eau présente dans son alimentation. Son urine est extrêmes concentrée et ses crottes très sèches.

L’oryx gazelle est social et grégaire, vivant en troupeau de plusieurs dizaines d’individus, composé uniquement de femelles et de jeunes. Les mâles vivent indépendamment du groupe ou parfois par deux.

Groupe d’Oryx buvant à un point d’eau du Kgalagadi Transfrontier Park (Botswana)

Les oryx gazelle mâles sont relativement sédentaires et territoriaux alors que les femelles sont plus nomades. Ils se retrouvent à la période de reproduction où de violents combats peuvent survenir entre mâles dominants. Les males peuvent tenter de s’accoupler toute l’année auprès des femelles qui traversent leur territoire. Les oryx sont polygames.

L’oryx est majoritairement actif à l’aube et au crépuscule, au moment où les températures sont les plus fraiches. Aux heures chaudes de la journée, il se protège du soleil du Kalahari à l’ombre des arbres et buissons épais.

Le lion et la hyène sont ses principaux prédateurs, les jeunes peuvent être la proie des léopards, des lycaons et des guépards.

Face à ses prédateurs, l’oryx choisit généralement la fuite mais parfois, pour se défendre, il bondit en avant avec ses 2 cornes à l’horizontal pour perforer son adversaire.

L’oryx gazelle est la seule « antilope » capable de tuer un lion grâce à ses cornes.

Présent dans toute l’Afrique Australe, sa population est stable et l’oryx n’est pas menacé. Il le fut autrefois par une chasse excessive, la mise en place des grands parcs et zones de protection ont permis de le préserver.

Le saviez-vous ?

L’oryx gazelle est capable de tolérer une augmentation de sa température corporelle jusqu’à 45°C, seul son cerveau ne dépassant pas les 42°C, grâce à une ventilation par le nez qui rafraîchit ainsi les vaisseaux sanguins irriguant son crane.

Il existe également 3 autres sous espèces d’oryx :

Arnaud Fleury
Les derniers articles par Arnaud Fleury (tout voir)

Passionné par la Nature et les voyages mêlant observation et compréhension de l'environnement, Arnaud vous invite à partager sa passion pour l’exploration des milieux sauvages et vous accompagne à la découverte de leurs richesses, de ceux qui les étudient, les protègent et y vivent. Ses valeurs en voyage : « Rester curieux, savoir respecter et s’enrichir de la différence, ne jamais cesser d’être émerveillé par le génie créatif de la Nature… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top